Après toutes ces années, les souvenirs sont toujours très présents. J’ai eu une chance incroyable d’être engagée par Génia à Venise et de le suivre ensuite à Rome et à Florence.
Danser à la Fenice et travailler avec Génia, c’était magnifique ! Il m’a tellement donné, je n’avais pas confiance en moi. J’y pense très souvent, et j’essaie de transmettre à mes élèves ce qu’il m’a appris.
Tout était tellement précis !  Je pense que lorsque nous allions sur scène, il n’y avait pas de mauvaises surprises, on était prêts, et dansions avec beaucoup d’émotions.
Danser aux côtés d’Elisabetta Terabust, de Rudolf Nureyev, de Maria Grazia Garofoli et de Cyril Atanassoff, quel bonheur !
Tant de beaux moments partagés aussi en dehors du théâtre.
Génia était talentueux, humain et profondément gentil. Il nous manque énormément.

Sophie Morillon